Thomas, la dyspraxie et sa fusée hyperbare

Accueil TémoignagesThomas, la dyspraxie et sa fusée hyperbare
Thomas et son hyper-fusée

Thomas, la dyspraxie et sa fusée hyperbare

Aucun commentaires

Je m’appelle Thomas, j’ai eu 3 ans le 9 juillet. On dit de moi que j’ai une dyspraxie verbale. Je trouve que c’est un mot assez bizarre, un mot que je ne peux même pas prononcer. En fait, je ne peux pas en prononcer beaucoup de mots. 

Pourtant, je suis très intelligent. J’entends les mots et je regarde souvent ma maman dans les yeux avec une grande détermination, car je veux m’exprimer. Mais les mots ne sortent pas et je me mets a crier. 

Pourquoi? Car je suis en colère contre moi-même. Je ne comprends pas du tout ce qui se passe. Je suis triste quand je regarde mes grands frères qui eux, parlent très bien.

La dyspraxie

Mes parents ont commencé à se douter que quelque chose n’allait pas quand j’avais environ 1 an et demi. Le temps passait et ils étaient angoissés de voir que je ne parlais pas comme les autres. Ils ont alors fait une demande au CLSC. Comme l’attente est longue, nous sommes allés au privé et là, les professionnels ont émis un diagnostic de retard sévère du langage. J’ai eu quelques rencontres avec cette gentille orthophoniste qui a donné des trucs à mes parents.

Ensuite, j’ai été vu au CLSC qui eux ont émis un diagnostic de dyspraxie verbal car mon retard perdurait dans le temps. Je me souviens que Maman a pleuré sur le chemin du retour. Je ne comprenais pas trop pourquoi, mais elle m’a promis un bel avenir. 

Une maman qui déplace des montagnes

Maman ne peut pas rester assise a regarder passer le train et me voir recaler mes années scolaires. Elle a lu qu’une chambre hyperbare, qui ressemble a une grosse fusée, pourrait m’aider car cela permettrait une meilleure oxygénation de mes cellules.

Maman a ensuite fait quelques recherches. Elle a discuté avec d’autres mamans qui vivaient la même chose que moi. Elles avaient trouvé que la thérapie hyperbare fonctionnait si bien que leurs familles avaient acheté une chambre hyperbare pour leur maison.

Maman a ensuite communiqué avec Isabelle et Andréanne de chez OxySoins qui l’ont aidée dans les démarches pour la location de 40 jours.

Thomas dans sa fusée

Les bienfaits

Après seulement quelques séances ma famille a pu déjà voir une amélioration :

  • J’ai commencé à chanter 
  • J’ai réussi à dire mon prénom et mon âge 
  • Je peux maintenant avoir une interaction avec un adulte
  • Je suis capable de faire des phrases de 3-4 mots
  • Je suis capable de suivre des séquences de mouvements (je saute)
  • J’ai beaucoup amélioré ma motricité fine (je fais des casse-têtes)
  • Je me brosse les dents seul

Tout ça n’est seulement que quelques-unes de mes réussites.

Et pour la suite … ?

Cela a tellement bien marché que maman est en campagne de financement pour m’acheter ma chambre hyperbare. Il faut savoir qu’on doit continuer à travailler avec l’orthophoniste car ce n’est pas une boite magique ! Mais quand on est déterminé on peut y arriver.

OxySoins nous a été d’une aide si généreuse. Pendant la location, ils se sont tenus au courant de nous durant les 40 jours. Peu importe le moment de la journée, ils ont toujours été disponibles pour nous répondre. On n’aurait pas pu choisir mieux comme compagnie pour nous aider. Notre location est terminée et ils sont encore là, derrière nous, pour nous appuyer. Nous sommes très reconnaissants pour tout ce qu’ils ont fait pour nous. Ils auront toujours une place importante dans nos cœurs.

Merci du fond du cœur et j’espère que d’autres enfants comme moi pourront en profiter comme j’ai pu le faire !

Thomas et sa famille

Pour le témoignage de la maman d’Arthur qui est également atteint de dyspraxie c’est par ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

neuf − 2 =